Instruments

COV et qualité de l’air intérieur : Un risque sanitaire avéré

07/08/2019

Dans les bâtiments professionnels comme dans les immeubles résidentiels, les composés organiques volatils (COV) complexes représentent un vrai risque de danger sanitaire

Les COV comptent toutes sortes de composés chimiques organiques qui libèrent des molécules gazeuses dès lors qu’ils se trouvent sous forme liquide ou solide à température ambiante. Bien que de multiples VOC soient d’origine naturelle et jouent un rôle important dans certaines interactions environnementales, bon nombre d’entre eux, émis par l’action de l’homme, représentent un risque pour la santé humaine s’ils sont inhalés à certaines concentrations.

L’EPA, agence gouvernementale des États-Unis pour l’environnement, a pu déterminer que les concentrations de COV sont bien plus importantes en intérieur qu’en extérieur (jusqu’à 10 fois plus), et on estime qu’il est possible de détecter simultanément de 50 à 300 COV différents dans l’air des logements, des écoles, des bureaux et des locaux commerciaux.

Entre autres exemples de ces composés, on peut citer le formaldéhyde, le toluène, le benzène, le xylène, le perchloroéthylène, etc. Les effets délétères sur la santé causés par l’inhalation de ces produits chimiques peuvent prendre la forme d’irritations des yeux ou de la gorge, de nausées, de maux de tête, voire de maladies au long cours comme des cancers ou des dommages au niveau du foie, des reins ou du système nerveux central.

Le tableau ci-après décrit les effets sur la santé selon différents niveaux d’exposition :      

CONCENTRATION EFFETS
< 1000 ppb = BON ou « VERT » Pas d’effets significatifs sur la santé, pas de plaintes de la part des occupants
1000 ppb < 10 000 ppb = MARGINAL Susceptible de produire certains effets sur la santé, ainsi que des plaintes
10 000 ppb et plus = MAUVAIS ou « ROUGE » Peut produire des effets plus néfastes sur la santé

 

Sources courantes de COV

De nombreux produits d’usage courant peuvent être à l’origine de l’émission de ces composés, notamment les produits dédiés à la maintenance des immeubles et les produits de nettoyage, les peintures, les adhésifs, les enduits, les moquettes, les plaques de plâtre et les matériaux isolants, entre autres.

Parmi les exemples d’activités spécifiques communément à l’origine de l’émission de niveaux élevés de COV, on peut citer les évacuations de gaz, les techniques de séparation de l’eau, les eaux usées industrielles, les traitements par lots, le raffinage pétrolier, le traitement des gaz naturels, les processus pétrochimiques, les peintures, etc.

Solution de surveillance de la qualité de l’air intérieur : les appareils de QAI Si-AQ EXPERT et Si-AQ VOC

Les appareils portables de surveillance QAI Si-AQ EXPERT et Si-AQ VOC de Sauermann permettent de mesurer la concentration des COV communément présents en environnement intérieur.

Ces instruments spécialisés utilisent des capteurs PID pour permettre aux spécialistes de la qualité de l’air, aux entreprises concernées par la sécurité environnementale, aux techniciens de laboratoires, entre autres, de surveiller de manière à la fois rapide et précise les niveaux de COV nocifs présents dans l’air ambiant des logements, des bureaux, des laboratoires ou des locaux industriels. Ces appareils intègrent un logiciel offrant l’enregistrement en continu des données en temps réel et une compatibilité Bluetooth® sans fil. 

Rejoindre la discussion

Add new comment

Ne ratez pas nos prochains articles